Elections allemandes

Attention sujet « chiant» en perspective…

Alors oui je suis hors sujet parce qu’elles n’arriveront qu’en septembre. Mais aussi parce que d’abord il y a les élections françaises. Les nôtres. Même en étant loin, je m’inquiète pour notre cher pays. Je ne sais pas vraiment pour qui voter parce que disons-le clairement : « c’est la merde ». Nous sommes dans le caca (je m’excuse pour ce langage très peu conventionnel) parce que, pour moi, tous nos candidats me désolent. Attendons donc de voir… votons pour le programme le moins pire… laissons passer la tempête !

Comme en France, l’Allemagne se prépare à ses élections. Depuis quelques semaines déjà, je tombe sur les pancartes de campagne des grands partis politiques du Land. Nous pouvons même aller directement sur leur site internet pour en connaître plus sur leur programme.

Egalement depuis quelques semaines, je me demande, non je suis curieuse de savoir comment fonctionnent ces élections allemandes. Et là et bien ce n’est pas si simple… Brièvement pour pas vous soûler, je vais essayer de vous écrire ce que j’ai compris. Êtes-vous prêts ? Accrochez-vous !

Ô Chancelier, a toi les clés du pays
Ô Président, a toi le poste honorifique

Février dernier, les parlementaires ont désigné Frank-Walter Steinmeier nouveau président de la Bundesrepublik Deutschland (République Fédérale Allemande). Contrairement à la France, celui-ci ne gère pas la politique du pays. En gros c’est le représentant honorifique de l’Allemagne.  Ah oui, il propose son candidat au poste de Chancelier auprès de la Bundestag et signe les propositions de loi que lui apporte le Chancelier. Voilà ça c’est mon explication.

Le Chancelier ?!? C’est le boss des boss. Oui c’est un raccourci très furtif mais c’est comme ça que je le comprends. Angela Merkel est à ce poste depuis 2005 et remettra « son titre en jeu » (façon de parler) le 24 septembre prochain. Et là… tout dépendra de la Bundestag.

La Bundestag ?!? C’est genre le parlement avec à peu près 630 députés élus par le peuple au suffrage universel proportionnel direct. Alors en fait l’élection du Chancelier allemand se joue ici car « Chancelier sera celui qui obtiendra la majorité aux élections du Bundestag ». Vous avez compris ?

En gros, le 24 septembre prochain les allemands iront aux urnes avec un bulletin à deux colonnes (je vous explique cela plus bas) pour élire leurs représentants au Bundestag. Le parti (le candidat du parti) ayant obtenu la plus grande majorité (le plus de sièges au Bundestag) sera élu Chancelier. Voilà voilà maintenant je vais aller me coucher car juste l’écriture de ce petit paragraphe m’a pris la journée !!

Un bulletin de vote à deux colonnes : impossible de faire plus compliqué

Voting ballot for the 2005 federal elections in Germany, Wahlkreis 5 (Kiel). The ballot is in the public domain (cf. Anlage 26 Bundeswahlordnung).

Pour ces élections les allemands disposent de deux voix :

– la première voix (Erstestimme – vote uninominal majoritaire ) : le citoyen allemand votera pour le représentant de sa circonscription. Sera élu celui qui obtiendra le plus de voix. Ici, généralement, les candidats des grands partis sont bien positionnés.

– la seconde voix (Zweitestimme – vote proportionnel) : l’électeur vote pour un parti. C’est un moyen de permettre aux représentants des « petits » partis d’être présents au Bundestag.

Comment vous dire… Le dépouillement des résultats ne va pas être une partie de plaisir.

Je n’ai pas vraiment d’avis sur ces élections je vous avouerai car j’ai l’impression « d’être juste de passage ». Je ne vous cache pas que si le parti d’extrême droite passe (je ne vais pas citer son nom parce qu’il n’en vaut pas la peine), on réfléchira à deux fois avant de rester. Mais selon mes copains allemands, il n’y a aucun risque. Moi je dirais « wait and see ».

Allez j’en ai terminé pour aujourd’hui. J’espère que j’ai été claire… Sinon, vous en pensez quoi ? Comment cela se passe chez vous (si vous habitez à l’étranger) ?

Vous aimerez aussi

Laisser un commentaire