Travailler en Allemagne #4 : l’entretien d’embauche en allemand

*c’est le moment où ton corps fait des tremblements étranges et à des endroits inconnus !

Je le savais mais je ne m’y étais pas encore faite 😉 . Parfois on se dit : oh peut-être que la personne qui me recevra parlera français ! Ma grande tu rêves un peu là, réveilles toi ! A partir du moment où tu postules en allemand, tu devras passer les entretiens… en allemand.

Alors voilà, j’ai passé des entretiens… en allemand. Rassurez-vous j’y ai survécu. Je ne vous cache pas que mon corps a tremblé, que mon cœur a battu un peu plus vite que d’habitude et que… ben j’avais mal à la racine de mes cheveux. Oui c’est tout à fait possible, ne riez pas.

Poursuivre la lecture

Elections allemandes

Attention sujet « chiant» en perspective…

Alors oui je suis hors sujet parce qu’elles n’arriveront qu’en septembre. Mais aussi parce que d’abord il y a les élections françaises. Les nôtres. Même en étant loin, je m’inquiète pour notre cher pays. Je ne sais pas vraiment pour qui voter parce que disons-le clairement : « c’est la merde ». Nous sommes dans le caca (je m’excuse pour ce langage très peu conventionnel) parce que, pour moi, tous nos candidats me désolent. Attendons donc de voir… votons pour le programme le moins pire… laissons passer la tempête !

Comme en France, l’Allemagne se prépare à ses élections. Depuis quelques semaines déjà, je tombe sur les pancartes de campagne des grands partis politiques du Land. Nous pouvons même aller directement sur leur site internet pour en connaître plus sur leur programme.

Poursuivre la lecture

Travailler en Allemagne #3 : le casse-tête du dossier de candidature

Un dossier de candidature en français c’est déjà emmerdant (oui j’ose un écart de langage) mais en allemand c’est bien casse-reins. Et encore plus compliqué, rajoutez à cela l’anglais pour les entreprises « internationales »… vous terminez la journée et/ou la semaine sur les rotules … Ach mein Kopf tut mir weh (ma tête me fait mal).

Avant de devenir ma boss, je dois tout de même travailler un peu, juste un tout petit peu 🙂 , et donc bien préparer mon dossier de candidature. Je suis d’accord avec vous, écrire son CV et sa lettre de motivation c’est carrément chiant (encore un écart de langage. Oulala, elle se permet tout en ce moment) mais c’est une étape importante surtout lorsque toute votre vie est passée au peigne fin.

Alors qu’en France, les entreprises vont vous demander votre CV, votre lettre de motivation, parfois (souvent maintenant, enfin c’était le cas pour moi), des lettres de recommandation de vos anciens employeurs et leurs numéros de téléphone (histoire de bien vérifier ce qui est écrit), en Allemagne, on vous demande tout, absolument tout.

Poursuivre la lecture

S’expatrier en Allemagne #4 : Et vlan ! Prends toi une jolie petite amende !

Laissez moi vous conter notre dernière péripétie. Je dois vous avouer que lorsque cela nous est arrivé, je n’en menais pas large et j’ai eu les dents bien aiguisées à force de les limer en grinçant. Comme les faits se sont déroulés l’année dernière, je peux tout vous raconter sans en grincer de nouveau, en souriant mais, attention, toujours en tapant les paumes de mes mains sur mon crâne. Et oui parfois je suis un peu violente sur ma propre personne 🙂 .

Poursuivre la lecture

Travailler en Allemagne #2 : le salaire… combien je gagne exactement ?

Cette question, je pense, est vraiment la première ou l’une des premières que l’on se pose. Peut-être pas vous parce que le principal est d’avoir un boulot qui nous plaise. Oui certes, moi tout pareil, mais quand même moi ça m’intéresse ! Pourquoi ? Parce que je suis en Allemagne et que les choses se passent différemment !  Je vous raconte ?

Poursuivre la lecture

S’expatrier en Allemagne #3 : l’art de l’immatriculation (Zulassung)

La voiture est indéniablement la meilleure amie des allemands. En fait, elles sont beaucoup à être les meilleures amies des allemands. Rappelez-vous cet article. Aujourd’hui, je vais vous parler de cette grosse boîte en ferraille à quatre roues. Rien qu’en passant ma tête par la fenêtre, je peux voir que ma rue est remplie de ces choses qui roulent et principalement de cette fameuse marque du peuple que vous connaissez tous (la VW).

Poursuivre la lecture