Nicht an der Wand!!! Il ne faut pas faire pipi sur le mur !

Ne vous inquiétez pas je ne suis pas devenue folle. Je ne fais pas pipi sur le mur. Cependant, je trouvais que cette réflexion faite par l’un de mes voisins (à deux rues de chez moi) était le titre idéal pour cet article.

Nous avons beau dire que les clichés ne sont pas toujours vrais. Cependant beaucoup le sont sinon nous n’aurions pas appelé cela « des clichés », n’est-ce pas ? Beaucoup de mes amis allemands aiment bien nous faire savoir lorsque nous ne faisons pas les choses comme il faut… à comprendre dans « les règles ». Pourtant nous ne sommes pas des caïds, des têtes dures, des cailles-rats, des hors la loi… vous voyez ?!? Nous sommes des gens normaux qui aimons les rembarrés lorsque clairement leurs réflexions nous font ch***.

Laissez-moi donc-vous conter, trois petites histoires formidables qui me mettent encore hors de moi aujourd’hui. Je suis un peu moins « vénère » hein mais quand même.

Le fameux « il ne faut pas faire pipi sur le mur ! »

Vous l’avez peut-être compris : ici on va parler de Toutou. Monsieur chien aime marquer son territoire. D’ailleurs quel chien n’aime pas marquer son territoire ? Même le chien allemand va faire pipi là où un autre chien allemand est passé. Je me trompe ? Ou peut-être sont-ils tellement bien éduqués, qu’ils deviennent « cons ». Je reprends volontiers la réflexion de l’un de nos amis, M. O (qui est allemand) : « les chiens allemands sont bêtes, ils ne savent pas ouvrir une porte ». Tu m’étonnes !! Ils sont TROP bien éduqués pour se permettre d’ouvrir une porte ! Alors qu’à l’inverse mon Toutou français qui manque clairement d’éducation (trop de câlins tuent le câlin), ouvre les portes juste parce qu’il ne supporte pas de les voir fermées. Bref fermons cette parenthèse : un chien et un chien et ça pisse où il veut.

En pleine promenade quotidienne de Toutou, nous tournons au coin de la rue à gauche comme tous les jours. Toutou lève la patte et pisse sur un mur d’immeuble comme tous les jours. Je répète « un mur d’immeuble ». Deux mètres plus loin, un homme s’approche de nous l’air pas content : « nicht an der Wand !!! Die wird verrotten » (pas sur le mur, il va pourrir). Alors là je vous écris ma pensée sur le coup et encore maintenant : « il est sérieux le gars ?!? oder ? ». Ce n’était pas la première fois que cet homme brillait par ces remontrances : Dr. G avait déjà eu affaire à lui. Comme Dr. G j’avais envie de partir en laissant juste un « pfff » sauf que MONSIEUR n’avait pas terminé et commençait à me sortir son baratin. Pour couper court, je lui ai posé une seule question « est-ce vous qui nettoyez le mur ? » (sa réponse était non évidemment). Puis j’ai enchaîné avant qu’il poursuive (plus d’une question donc) « existe-t-il une règle qui dit que mon chien ne peut pas faire pipi ici ? » (silence). J’ai donc terminé par « à partir d’aujourd’hui donc je ferais pisser mon chien sur ce mur jusqu’à ce que vous me montriez cette règle ». #fautpasmemmerderquandjepromenemonchien

De plus, ce n’est pas la pisse de mon petit chien qui fera tomber le mur…

IMG_20180106_133731_925

Scheiße Leine !!! (Putain de laisse)

Et oui toujours avec Toutou. Six heures du matin, nous sommes dehors pour la première promenade de la journée. Pour vous expliquer, la rue perpendiculaire à la nôtre est une rue prioritaire aux vélos. En gros : rien à foutre, même si tu traverses, même si je vais mourir, j’ai la priorité !!! La première promenade du matin est toujours une mini promenade parce que j’ai les yeux encore un peu collés. Terminés les pipis d’un côté de la rue, nous voilà prêts pour faire l’autre côté de la rue. On regarde à droite et à gauche, pas de vélo, on traverse. Sauf que de loin, bim, dans le mille, un vélo lumière aveuglante arrivait. Nous étions déjà arrivés à la fin de notre traversée (je vous rassure, la rue n’était pas très grande, ce fut une petite traversée). Donc tranquille, nous ne gênions pas le vélo.

Sauf que… j’ai eu le droit à une remontrance avec un « Scheiße Leine »  (putain de laisse) !! Et là je vous jureeeeee, avec toute ma bonne foi, que nous étions déjà sur le trottoir et que nous ne gênions pas. J’aurais pu laisser courir… sauf qu’il était 6h00 du matin et que #fautpasmemmerderquandjepromenemonchien… j’ai donc crié un « Wassssssssssssssssssssss ? » (Quoiiiiiiiiiii ?), pour terminer par «VIENS ET DESCENDS DE TON VELO MADAME (en vrai je n’ai pas dit « madame » mais on va rester poli), ON VA PARLER ». Elle n’est pas descendue de son vélo, elle a accéléré parce qu’elle avait « rencontré une tarée dans la rue ».

Il faut plier le carton

Ok cette fois-ci on a fait nos français flemmards. Seulement là encore, je tire mon chapeau à la sournoiserie de nos amis. Dans notre ancien appartement, bizarrement nous retrouvions des choses sur notre palier. Alors ce n’était pas quotidien mais nous étions assez interloqués. Puis un jour, nous avions déposé un carton pas déplié dans la poubelle à papier. Nous avons ainsi retrouvé le carton (nos coordonnées étaient dessus #looseurs) sur notre tapis extérieur. Et puis là tout est devenu limpide : ces choses devant notre porte se trouvaient soit en bas à côté des poubelles soit elles étaient à l’entrée de l’immeuble. Comme elles étaient abandonnées ou perdues, les voisins ont pensé qu’elles étaient à nous !!! #paietatêteettonnomdetranger

En discutant avec nos amis français de Kiel, nous nous sommes rendus compte qu’ils avaient aussi vécus la même chose. Parce que tu n’es pas allemand alors tu ne sais pas … alors c’est forcément à toi. #abrutis

Je vous avoue que je suis bien contente de vivre au 5ème et dernier étage. Personne ne monte parce que c’est trop haut. D’ailleurs les livreurs non plus ne montent pas… et nos voisins sont bien sympathiques ! Ils sont tous fans de Toutou.

PS : paraît-il que les gens peuvent nous dénoncer à la police… vrai ou pas vrai ?!? #vismavisdegangsta

Allez s’est terminé pour aujourd’hui. Ma question : comment auriez-vous réagi ?

3 commentaires

  1. Je me marre tellement… Et je t’admires aussi ! Moi qui peste déjà en France contre les gens qui ne réfléchissent pas et agissent comme des petits moutons parce qu’il parait que «c’est comme ça», alors je pense que je ne survivrais pas à une expat chez nos amis allemands… !
    En tout cas, merci pour cette tranche de rire plus ou moins matinale, et surtout pour le hashtag qui m’a achevé :’)
    Bonne journée, bisous,
    Camille

Laisser un commentaire