Île de La Réunion #1

Volcan_Ile de la Réunion

Emmitouflée de mon plaid, d’un Sweater à capuche façon caille-rat (mon parlé verlan est de retour) et de Toutou, je suis sur le canapé et j’ai froid. Pourtant cette année je trouve qu’il fait moins froid par rapport à l’année dernière. Serait-ce là le signe d’une vraie adaptation au glacial pour moi ? Serait-ce là le signe que mes doigts de pieds seront moins frigorifiés ? Et non, je pense juste que c’est le signe que la planète va de plus en plus mal. Rassurez vous, je ne vais pas vous parler du monde. Aujourd’hui, j’ai envie de me réchauffer en vous parlant de mon séjour sur mon île, ma belle île : La Réunion.

Avant de commencer, on danse un petit maloya1 avec Danyel Waro2 « Ici La Réunion »  – on ne regarde pas les images mais on écoute le bruit du Kayamb3.

Alors non je ne vais pas vous donner de bons plans, même si j’en ai quelques uns, parce que je n’y suis pas allée en touriste mais je suis rentrée chez moi. Et quand je rentre chez moi, j’ai envie de rester chez moi, dans ma maison, dans mon jardin et dans ma ville.

Non pas que je n’ai rien fait mais j’ai fait le moins possible. Donc non, je n’ai pas fait de grands treks alors que sur ce point La Réunion ne manque pas d’itinéraire. Et non, je n’ai pas visité l’aquarium parce que personnellement je ne suis pas fan des animaux en cage. Et enfin non, je n’ai pas testé les meilleurs hôtels à multiples étoiles en bord de mer parce que je vous rappelle que j’ai ma maison et puis je ne suis pas crésus.

Par contre, j’ai vécu de vraies aventures. J’ai rencontré une araignée que l’on nomme Magalie. Une petite Babouk4 (les courageux cliqueront ici pour un aperçu du phénomène) qui a élu domicile derrière le canapé de mes parents. Je déteste ça les araignées, j’en ai une peur bleue. Imaginez ma réaction lorsque je l’ai vu sortir de derrière le canapé et que mon père en se tournant vers ma mère a dit : « oh mes c’est Magalie ! ». Depuis quand on donne un nom à une araignée ? Mon père s’est donc refusé à la tuer (oui oui, je vous ai dit que j’avais peur) ou la chasser car « araignée du soir, espoir » et comme nous les voyons que le soir, je n’ai pas eu de chance. Ma première nuit seule à seule avec Magalie fut très éprouvante. Ne pouvant pas m’en approcher, j’ai eu l’impression qu’elle me suivait dans le salon et dans la cuisine. J’ai donc terminé la soirée assise sur la table de la cuisine à regarder son trajet afin de l’éviter. Allez je vous avoue un truc : je trouve cela tout de même marrant qu’une araignée porte un nom.

J’ai rencontré des lézards.

Gecko fluorescent – île de La Réunion ©Any_Holy_Idea?
img_6077
Celui là n’est pas beaucoup aimé. Ce lézard est arrivé de Madagascar et mange tout ce qu’il trouve en bon carnivore. ©Any_Holy_Idea?

J’ai suivi des poules domestiquées qui accourent dès que l’on chante un « cot cot cot ».

Mon goût et mon odorat se sont réveillés en me rendant au marché de St-Paul : samoussas chauds, bonbons piments, boucanés fumés, sarcives5, ananas et mangues bien mûres, paniers tressés, les fleurs tropicales, les piments, vanille Bourbon6 (de La Réunion et de Madagascar), jus de coco et pains bouchons gratinés7.

Enfin, j’ai suivi les cancans de l’île en écoutant Radio Freedom, la radio locale.

Je me suis envolée pour La Réunion début novembre. A cette période, les billets ne sont pas très chers : entre 700 et 900 €. Parce que normalement c’est 900 € au minimum lorsque vous avez de la chance. La Région de La Réunion a mis en place un programme mobilité « la continuité territoriale » qui prend en charge la moitié du billet des réunionnais qui souhaitent se rendre en métropole pour voir leur proche et, depuis peu, pour les réunionnais en métropole souhaitant se rendre sur leur île. En tant que réunionnaise, je n’ai pas pu bénéficié de ce programme car selon les critères –  je ne suis pas née à La Réunion, je ne suis pas née de parents natif de La Réunion, je ne suis pas rattachée fiscalement à La Réunion et enfin je ne suis pas mère d’un enfant né à La Réunion – je ne suis pas vraiment considérée comme une réunionnaise. Oui la région, j’ai quitté mon île tôt parce que je devais étudier, oui la région, je ne suis pas revenue depuis parce que le marché de l’emploi n’est pas au top de sa forme et non la région, je suis une réunionnaise. Bon, je n’ai pas pu en profité et après ce petit (très mini) « coup de gueule », je trouve tout de même que ce programme est utile vu le prix du voyage.

Je me suis donc envolée pour La Réunion début novembre et pour deux semaines. Un mois entre deux saisons : passage de l’hiver vers l’été et début de la saison cyclonique. J’ai eu du vent, quelques ciels gris mais j’ai surtout bien profité du chaud, du soleil, de mes amies et de ma super lune réunionnaise. Un retour à la maison nécessaire et reposant.

img_6128
©Any_Holy_Idea?

Et vous, que faites-vous lorsque vous rentrez à la maison ? Je vous dis au revoir avec une autre chanson, encore un « Ici la Rényon » du groupe Mélanz Nasyons. 

Cela en attendant un prochain article sur La Réunion rempli de photos. En parlant photos, vous pouvez en retrouver quelques unes sur mon compte Instagram @any_holy_idea.

PS : je suis de retour à Kiel depuis un mois seulement et il sera bientôt l’heure de s’envoler encore une fois mais sur une autre île, celle de Dr.G. Nous partons à trois pour un Noël en Corse.

—————————

Index :

1 – Le maloya est genre musicale majeur de La Réunion (avec le Séga) hérité des chants des esclaves jadis. Le maloya est également une danse.

2 – Danyel Waro est un musicien, chanteur de maloya et poète de l’île de La Réunion.

3 – Le Kayamb est un instrument de musique traditionnel des Mascareignes pour jouer du maloya et du séga. Lorsqu’on le secoue, il émet un son ressemblant au bruit d’un hochet que l’on a placé dans un radeau.

4 – La Babouk est une araignée, grosse grosse, de La Réunion.

5 – Le sarcive (origine chinoise) est de la viande de porc ou de poulet marinée dans du miel  et de la sauce soja que l’on retrouve dans la cuisine de l’île de La Réunion.

6 – L’appellation Bourbon est utilisée pour les vanilles produites sur les îles de Madagascar, La Réunion, Maurice et des Comores.

7 – Le pain bouchons gratinés, la recette.

Vous aimerez aussi

Pas de commentaire

Laisser un commentaire