Histoire de couture avec ma robe Malia (Wear Lemonade)

Choses promises, choses faites ! Je poste mon premier article DIY de l’année ! Un DIY couture avec la robe Malia de Wear Lemonade et avec une petite histoire !

Tadaam, je vous présente ma robe Malia qui a froid !

Robe Malia ©Any_Holy_Idea?
©Any_Holy_Idea? (Foerde de Kiel sous la grisaille… je dois avouer qu’il faisait bien froid !)

Depuis que je suis à Kiel, je passe mon temps dans les merceries et les boutiques de tissus. Les allemandes raffolent du DIY et je pense que cette frénésie m’a emportée. Des ateliers sont organisés toutes les semaines sur des thématiques diverses : la couture, le tricot, le scrap, la déco… Ce pays est fana du fait main et j’aime ça. Allez savoir pourquoi, j’ai toujours envie d’acheter du tissus, des boutons, des fils, des aiguilles… enfin tout pour monter mon petit atelier maison. Dernière acquisition : ma machine à coudre surjeteuse, jolie cadeau de Noël de ma maman.

Ahhh MAMAN ! C’est une couturière pro et une fortiche en plus. Vous allez donc me dire : oh ben normal alors ! Et bien non, pas normal du tout ! Petite (à partir de 10 ans) et grande (jusqu’à 23 ans environ), la couture n’était pas du tout mon truc. Je me rappelle à la maison lorsque je voyais ma mère faire et que je lui disais clairement : « c’est vraiment ch**** ce que tu fais ! Moi, je ne pourrais jamais le faire ! ». Et bien aujourd’hui, je le regrette (pardon maman) et je suis très heureuse de lui demander conseil sur Skype. Le déclic ? Le jour où, me rendant visite à Paris, je l’ai vu transporter une machine à coudre dans la valise. Une neuve qu’elle avait acheté pour elle mais qui finalement était pour moi. Une machine qui a fait 11h de vol de La Réunion à Paris. Ma mère a du flair, elle a vu le truc arriver de loin : elle savait que j’allais être une accro de la couture !

Tout cela pour revenir à ma surjeteuse. J’ai suivi le conseil de THE MAMAN : « Maintenant que tu sais utiliser la machine, il faudrait que tu puisses faire les finitions avec une surjeteuse. Ce sera ton cadeau de Noël ! ». Ni une, ni deux, je regarde où est-ce que je peux en avoir une pour pas trop cher. Devinez quoi ? J’ai trouvé le bon plan : LIDL. Je vois les ronchons venir de loin : « Pas sûr(e) que ce soit de la bonne qualité ! ». Et bien SI ! J’ai une bonne Singer, quatre fils et très pratique pour les débutantes. LIDL, dans ce domaine, est très fort. Je conseille aux réticentes, à celles qui veulent se lancer en couture et SURTOUT à celles qui veulent tout simplement ne pas payer une blinde, d’y jeter un œil.

Malia est arrivée pile poil au bon moment. A croire que Wear Lemonade avait deviné que je venais tout juste d’en avoir une (petite blague hein). Avec sa coupe trapèze, Malia était le modèle parfait pour moi et le patron idéal pour me faire la main.

Pour la réaliser, j’ai eu besoin de deux tissus : un pour l’extérieur et un pour la doublure. Pour le tissus extérieur, j’ai opté pour un tissus 100% coton bleu à pois gris de la collection Christmas Greetings de Stof-DK. Le patron conseillait une matière plus épaisse comme du velours pour une meilleure tenue et puisque c’est une robe d’hiver. Mais comme elle était doublée, je me suis dit que ce n’était pas bien grave. Pour la doublure, dans les basiques de Stof-DK, j’ai opté pour un tissus voilé bleu.

©Any_Holy_Idea? Robe Malia
©Any_Holy_Idea?

Extérieur et intérieur sont simples à réaliser. J’ai tout de même rencontré une petite difficulté : j’ai pris trois plombes à comprendre comment coudre la doublure (ne riez pas, je débute) ! Finalement, je m’en suis sortie et je suis bien contente (fière) du résultat !

©Any_Holy_Idea? Robe Malia
©Any_Holy_Idea? (Un petit zoom sur la robe parce que là haut c’est un peu sombre)

Malia, normalement, est constituée d’un volant. Considérant que les volants ne m’allaient pas (ne me demandez pas pourquoi), j’ai décidé de la coudre sans. Du coup, la robe semble un peu courte mais en vrai ça va 😉 !

Avec la matière que j’ai choisie, la robe tient parfaitement. Cependant, je dois avouer qu’en hiver, il vaut mieux porter un bon gros gilet par dessus. Le bon côté des choses est que je pourrais la porter au printemps et à l’automne (et un peu en été puisque, parfois, il fait froid à Kiel) !

Verdict ultime : que pensez-vous de ma Malia bleu à pois gris (sans volant) ? Avez-vous des petits conseils pratiques à me donner pour coudre simplement une doublure ?

Je vous dis à bientôt et vous souhaite une belle semaine !

Vous aimerez aussi

7 commentaires

  1. Hello Holy ! On découvre ton blog est c’est juste un plaisir. Nous avons deux points en commun : on a une mère couturière et nous avons passé notre enfance à Berlin. D’ailleurs nous avons sur le blog quelques articles sur Berlin, dans notre rubrique Voyages. Sinon ta cousette est bien jolie et la robe te va super bien et que dire du choix du tissu. 😉 Bisous et à bientot Anna et Véro

Laisser un commentaire