New life = nouvelles habitudes : à bicyclette !

Pas de rames de métro (pfuuu que ça fait du bien), pas encore de voiture et avec le prix trop élevé, à mon goût, des tickets de bus, j’ai totalement changé mes habitudes de déplacement depuis que je vis à Kiel. Me voilà roulant en vélo dans toute la ville ! Chose que je n’ai jamais faite à Paris >> une peur énorme des gros bus qui se prennent pour des bolides de formule 1 sur la route !

©Any_Holy_Idea?
©Any_Holy_Idea?

Je réfléchis à ce post depuis, oulalalala, très longtemps. Cependant, le tiraillement entre « tu es vraiment gauche » ou « tu vas te faire honte » a toujours pris le dessus. Le déclic : j’ai encore failli me prendre un mec à vélo-remorque-devant de plein fouet hier. Le vélo-remorque-devant (idée pourrie pas top d’ailleurs) est une bicyclette avec une grosse caisse à roue accrochée à l’avant !

Après cet énième épisode, je me suis dit : « bon ma grande, écris-le ton article avant de re-louper encore, in-extremis, un nouveau vélo-remorque-devant-ou-derrière ! ».

Aujourd’hui je vais vous parler de mon vélo et moi, ou plutôt de ces situations que vous avez peut-être déjà vécues avec vos copains à deux roues :

Situation 1 : « oh non, j’ai envie de marcher, c’est bien de marcher »

Vous vous rappelez lorsque je vous disais que je faisais tout en vélo (c’était par ici) ?
Et bien, au tout début, ce n’était pas le cas… Lorsque je suis allée chercher mon vélo pour dames (Fahrrad Damen), repéré sur le « Ebay » de Kiel, j’ai été surprise d’être aussi haute en l’essayant. OUI, mes pieds ne touchaient pas les pédales :/. Et OUI, je suis petite. Cerise sur le gâteau, les pédales des vélos allemands tournent différemment de nos pédales françaises…vous ne pouvez pas pédaler à l’arrière à l’arrêt…LA LOOSE

Voici ce que je répondais à Dr. G lorsqu’il me proposait « d’y aller en vélo » : « oh non, j’ai envie de marcher…ça fait du bien de marcher. Oui, je sais, faudra tout remonter à pied après, pas grave nos mollets se muscleront 🙂 ! ».

Après avoir craché mes poumons musclé mes mollets deux fois et perdu ma journée à faire les aller/retour, j’ai pris mon courage à deux mains et ai enfourché mon vélo.

Situation 2 : « attends-moiiiii, AÏE, je viens de me prendre la pédale sur le mollet »

C’est la phrase que vous hurlez lorsque vous avez freiné brusquement parce que le feu est passé au rouge. Et que Dr.G est, quant-à lui, passé tranquillement et poursuit sa route sans rien capter. Bonjour les bleus sur le mollet : j’en compte 2 ou 3 depuis mes débuts de « vélo-trotteuse »…

Situation 3 : « il pleut, je vais mettre mes Converse ! »

J’ai regretté ce jour où j’ai laissé les baskets roses à la maison parce qu’il pleuvait…Pour changer, j’ai chaussé les converses… Sauf que dehors le sol était glissant et les pédales aussi…

En balade avec ma nouvelle amie de Kiel 😉 (eh eh – elle aussi s’appelle Mlle C.), j’ai dû m’y prendre à plusieurs reprises pour ne pas tomber et pour stabiliser mes pieds sur les pédales.

Mon conseil : ne jamais mettre de chaussures glissantes à vélo lorsqu’il pleut et qu’il y a plein de boue partout. ET SURTOUT, ne jamais démarrer en côte !

Situation 4 : « pourquoi suis-je la seule à rouler dans ce sens sur la piste ? »

A Kiel (je pense que c’est le cas pour toutes les autres villes), les allemands ont construit des pistes cyclables partout pour faciliter la circulation à vélo. Sauf qu’il faut bien regarder la signalétique au sol… En effet, lorsque le guidon du vélo dessiné au sol est face à vous…c’est que vous n’êtes pas dans le bon sens. Du coup, il faut faire attention et ne pas râler lorsqu’ils arrivent à toute vitesse face à vous !!!

Situation 5 : « je pense vraiment qu’il te faut un vrai sac à dos »

Super fan de « sac à main / sac à dos Girly », mes gentils anciens collègues de France ont eu la sympathique idée de m’offrir un beau sac à dos jaune Nat&Nin pour mes sorties en vélo. Autant vous dire que je l’aime fort d’amour ! Je sais cette phrase ne veut rien dire mais c’est pour que vous compreniez la suite.

©Any_Holy_Idea? (N'est-il pas trop beau ?)
©Any_Holy_Idea?
(N’est-il pas trop beau ?)

Nous voilà en route pour faire les courses : je mets mon joli sac, prends un tote-bag pour y mettre les provisions et attache le panier arrière de mon vélo pour y mettre les bouteilles. Sauf qu’au supermarché, nous prenons beaucoup trop de choses.

Votre première intention était de remplir uniquement le tote bag et le panier, sauf qu’il reste encore des choses à caser. Vous vous résignez alors à remplir le joli sac à dos. Puis, il vous faut jongler et trouver le juste équilibre pour éviter de tomber sur le côté en montant sur le vélo.

« Je pense vraiment qu’il te faut un vrai sac à dos ! », me conseilla Dr. G. Me voilà donc avec mon sac de collégienne. Effectivement, je suis plus stable et ai moins de sacs à porter mais ça craint quand même un peu :(.

©Any_Holy_Idea?
©Any_Holy_Idea?

Situation 6 : « Hey regarde ! Trop fière, j’arrive à porter mon vélo toute seule dans les escaliers »

Bon nous ne sommes qu’au premier étage mais c’est tout de même un exploit. Parce qu’avant, aussi bien en descente qu’en montée, la roue arrière de mon vélo me faisait la guerre. Elle trouvait toujours le moyen de se cogner aux marches ou à la rambarde des escaliers !!! Aujourd’hui, nous nous comprenons mieux.

Situation 7 : « quel sera le meilleur trajet qui m’évitera une montée en vitesse 3 et d’avoir les cuisses d’un cycliste du Tour de France ? »

Il n’y a pas de meilleur chemin… Pour aller en centre ville, vous êtes obligé de descendre et, donc, de remonter tôt ou tard. Je le fait parfois mais transpiration et essoufflement sont au rendez-vous. Ma solution de paresseuse ? Descendre du vélo et marcher à ses côtés ;).

Je pense que je vais m’arrêter là…mes joues sont déjà toutes rouges. Je continue à vivre des moments « incongrus » avec mon vélo mais je l’utilise quand même. Il m’est bien utile et j’ai enfin réussi à le dompter un peu ;).

©Any_Holy_Idea?
©Any_Holy_Idea?

Et vous ? Vous-êtes vous reconnu(e)s dans ces situations ? Ou, peut-être en avez-vous d’autres ? Dans tous les cas, je pense m’être bien ridiculisée ;). Bonne journée !!

Vous aimerez aussi

Pas de commentaire

  1. Hello Holy, pour les pédales qui ne pédalent pas en arrière ne serait-ce pas tout simplement un rétro-pédalage (c’est à dire un système de freinage : quand on pédale en arrière, ça freine le vélo) ? Tous les vélos hollandais en sont équipés, je ne serais pas étonnée que les vélos allemands le soient aussi… C’est un coup à prendre mais freiner avec les pieds c’est moins dangereux et plus efficace que les freins au guidon… 😉

Laisser un commentaire